Bolivie – Vers les sommets – Mai 2013

L’acclimatation est un point essentiel pour la réussite d’ascensions à haute altitude. Le programme du séjour tient compte de cette contrainte avec des randonnées de plus en plus hautes.

La première ascension est le belvédère du volcan Tunupa au-dessus du Salar de Uyuni, alt. 4700 m.

Vue sur le Salar lors de l’ascension.

Belvédère du volcan Tunupa, alt. 4700 m.

L’autre point important est l’entraînement physique car l’oxygène manque à ces altitudes ; c’est ce qui a rendu difficile la deuxième ascension, celle du volcan Licancabur avec 1400 m de dénivelé, alt. 5930 m.

Topo – Volcan Licancabur.

Couleurs du soleil levant.

La marche en elle-même n’est pas particulièrement agréable : le terrain est caillouteux, croulant et poussiéreux mais le paysage occulte ce désagrément.

Pause près du sommet et encouragements pour les arrivants.

Les vainqueurs du sommet.

La troisième ascension est celle du volcan Uturuncu réputé être le 6000 m le plus abordable de Bolivie (alt. 6008 m) – Froid glacial au départ et neige au sommet.

Topo – Volcan Uturuncu.

Lever de soleil sur le sommet.

Proche du sommet.

Les vainqueurs du sommet.

L’ascension finale est celle du Sajama, sommet de la Bolivie (alt. 6542 m), nécessitant trois jours, de la logistique (porteurs, cuisiniers, guides) et les techniques de base de progression d’alpinisme.

Topo – Sajama.

Camp de base, alt. 4750 m, au pied du Sajama.

Les pénitents sur le chemin du camp d’altitude.

Camp d’altitude, alt. 5690 m.

L’ascension finale se fait avec un départ très (trop) tôt et de nuit – Arrivée au sommet pour le lever du soleil.

L’ombre du Sajama se projetant sur l’horizon au lever du jour.

Les vainqueurs du sommet (avec les guides).

Descente dans la foulée jusqu’aux thermes d’eaux chaudes pour se décontracter.

Retour à La Paz et fin du séjour.

O.C.